Lycée du Parc

Accueil > SECOND CYCLE > Projets et voyages > Projets d’enseignement > Projet Génome à l’école, peuplier noir


Projet Génome à l’école, peuplier noir

Depuis septembre 2011, les élèves du lycée participent à un projet de recherche sur les thématiques de la génétique et de la biodiversité. Le projet porte sur le peuplier noir. Il s’agit d’un projet national, mis en œuvre dans le cadre du projet « génome à l’école » et suivi par l’INRA d’Orléans.

Plusieurs lycées répartis sur toute la France ont été sélectionnés pour travailler sur le peuplier noir dans leur région.

A Lyon, notre projet consiste à établir un état des lieux de la biodiversité au sein de la population de peupliers noirs du Brétillod (berges du Rhône). Le projet se développe sur plusieurs année et des résultats intéressants ont déjà été obtenus

Pourquoi le peuplier noir ?


Le Peuplier noir (Populus nigra L.) fait partie d’un habitat particulier : la forêt alluviale à bois tendre (ripisylve), qui représente une zone tampon entre l’espace terrestre (largement occupé par l’agriculture et l’urbanisation) et le milieu aquatique. Cet habitat est le support d’une biodiversité remarquable.

Le Peuplier noir couvre une aire naturelle très vaste (de l’Europe de l’Ouest à l’extrémité Ouest de la Chine). Les peuplements matures produisent un très grand nombre de graines, qui sont transportées par le vent et l’eau. L’espèce possède également un mode de reproduction végétative par l’intermédiaire de boutures (ce qui explique la présence possible de clones).

La durée de vie élevée du Peuplier noir est importante pour la biodiversité de ces milieux alluviaux car, dans son stade final (gros bois), l’arbre peut héberger grâce à son cortège de caches et de cavités naturelles une multitude d’insectes, oiseaux et chauves-souris.

Le Peuplier noir est vulnérable en raison des convoitises qui s’exercent sur la ripisylve. Premièrement, l’espèce est menacée par l’aménagement des cours d’eau (voie de communication, irrigation), par l’exploitation (extraction de granulats, barrages, …) et par le risque de contamination des peuplements naturels par des clones de peupliers cultivés en particulier pour la production de bois.

Aujourd’hui, un travail de conservation et de repeuplement est mis en œuvre en différents points du territoire français (Grand Parc de Miribel-Jonage près de Lyon, par exemple). En parallèle, un état des lieux précis de la diversité phénotypique et génétique des populations naturelles de peupliers noirs en France est mené. Dans ce cadre, nous avons choisi de nous intéresser aux peupliers noirs de la jeune forêt alluviale naturelle, présente dans la zone du Brétillod (69006)

Les résultats obtenus au lycée


Les élèves du lycée étudient une population de 40 peupliers situés sur les berges du Rhône (Brétillod, en face du parc de la tête d’or, entrée des enfants du Rhône). Ce travail est mené par plusieurs classes avec une implication particulière, sur les deux années scolaires de nombreux élèves qui sont cette année en classe 732.

Les peupliers ont été cartographiés avec l’aide des services des espaces verts de la ville de Lyon. Par la suite, l’ADN a été extrait pour chaque individu et nous avons amplifié l’ADN de certains gènes afin d’obtenir la séquence de ces gènes. Les gènes étudiés sont des gènes qui contrôlent la cinétique de la mise à fleur. Les séquences ont été obtenues et sont analysées cette année. Les premiers résultats indiquent que notre population est assez diversifiée. Le travail de séquençage et d’analyse est poursuivi.

En parallèle, nous avons observé le phénotype des différents individu, au moment de la mise à fleur (début mars 2012), tous les deux jours environ. Ce travail est de nouveau mené cette année afin de conforter nos résultats. Les élèves sont très impliqués dans ce véritable travail de recherche.

Pour plus de renseignements :
diaporama du projet

Stéphanie BREUIL,
Responsable du projet, SVT


documents joints


impression
pdf