Lycée du Parc

Accueil > LYCÉE > Historique du lycée


Historique du lycée

 

Vous pouvez cliquer ici pour accéder plus rapidement à un extrait vidéo sur le lycée du Parc, mentionné dans l’historique du lycée (vidéo diffusée en 2009 sur TLM)
Les archives départementales ont également réalisé une exposition concernant l’histoire du lycée du Parc, vous pouvez la visualiser en cliquant sur ce fichier pdf :

PDF - 11.9 Mo
Histoire du lycée du Parc - Archives départementales


 

Un lycée centenaire

 


La naissance du lycée du Parc aura été mouvementée : du projet , à la fin du 19ème siècle - avorté puis repris - à une ouverture différée , puis perturbée par la première guerre mondiale en passant par les avatars de la construction, plus de 20 années se seront écoulées mais un siècle plus tard ses promoteurs peuvent être fiers de leur œuvre.

1898 - 1900 : le projet de lycée

C’est en Mars 1898 que le Docteur Augagneur (Maire de Lyon de 1881 à 1900) présente au Conseil Municipal de Lyon un rapport qui envisage la construction d’un « lycée urbain d’internes plus spacieux et plus aéré que le lycée Ampère* ». Il pourrait accueillir les élèves des deux arrondissements importants de la rive gauche du Rhône qui avec 228 000 habitants regroupent près de la moitié de la population de la ville de Lyon.

Le Maire propose d’acquérir trois des « masses » des fortifications réalisées en 1846 pour défendre la ville de Lyon qui ont été déclassées en 1884 .

*le lycée Ampère, ancien Collège de la Trinité construit au 16ème siècle dans la presqu’île de Lyon, est le lycée de la ville.

1900 - 1905 : Mise en sommeil du projet

Des négociations difficiles sur le coût des terrains, des lenteurs liées au déplacement de la voie ferrée et aussi des critiques des conservateurs lyonnais conduiront le Maire à mettre le projet en sommeil. Officiellement la Ville de Lyon y renonce le 9 Avril 1904.

1905 - 1913 : Reprise des projets par HERRIOT et sa réalisation

« Le nouveau lycée est mon œuvre ; j’y tiens plus que personne » Herriot

La nouvelle bourgeoisie des Brotteaux organise des pétitions pour que le projet soit repris. C’est le nouveau maire radical socialiste Edouard Herriot qui décide de reprendre le projet. Il envisage, non seulement la création d’un second lycée de garçons mais aussi celle d’une École Primaire Supérieure. Herriot souhaite installer des classes primaires, des classes secondaires, et des « classes préparatoires aux Écoles du Gouvernement » le recrutement de celles-ci devenant de plus en plus démocratique, comprenant une grande partie d’élèves boursiers.

1908 : Achat des terrains

1909 - 1913 : construction du Lycée , un ensemble « moderne » en début de siècle

L’architecte du département du Rhône Louis Rogniat définit un projet novateur : c’est le premier Lycée dans lequel les planchers sont proposés « en béton de ciment armé » (20 000 m2 de plancher), matériau encore peu connu, particulièrement dans le milieu des architectes.

1913 : L’équipement s’achève mais le lycée n’ouvre pas ses portes

Avril 1913 : l’éclairage électrique remplace l’éclairage au gaz initialement prévu, la décoration confiée à Ploquin professeur de l’École des Beaux Arts ( décoration de l’Horloge : allégorie des Lettres et des Sciences) et à Guy, professeur des Écoles Municipales Supérieures, s’achève. Le lycée est en mesure d’ouvrir ses portes en octobre 1913.

Une revue lyonnaise pouvait écrire le 13 juillet 1913 :

« L’air est pur, la route est large ; on a fait des orgies d’espace et de lumière. A l’orée de la magnifique Tête d’Or, loin des agglomérations malsaines, le Palais de notre établissement secondaire ne pouvait désirer une meilleure situation… De larges baies vitrées et des portes accueillantes ainsi que dans la plus moderne des villas s’ouvrent sur les quatre façades de l’immense bâtiment….Les spectacles intérieurs continuent et fortifient la première impression. Trois larges cours sur le devant de l’édifice ; celle du milieu dite Cour d’Honneur aura vraiment grand air avec ses galeries à l’italienne et ses eaux jaillissantes …vers le 1er octobre prochain la rentrée s’opérera gaiement dans le nouveau lycée ».

Mais le lycée n’ouvre pas …et il devra être chauffé pour éviter les détériorations des parquets et du mobilier !

Les raisons de ce « scandale » seraient de trois ordres : la loi de 3 ans votée la semaine suivante complique le recrutement du personnel, les difficultés créées pour le partage des personnels avec le lycée Ampère et surtout des crédits de fonctionnement du lycée qui auraient été oubliés dans le budget de l’Instruction Publique 1913-1914 ! Le décret officiel d’ouverture du Lycée ne sera publié que le 30 Mai 1914.

15 juillet 1914 : le syndicat des hôteliers s’installe dans le lycée, car il doit servir d’Hôtel pendant l’exposition universelle prévue sur le site attenant, du parc de la Tête d’Or.

Prévue en août, la réception des bâtiments ne sera pas effectuée avant le déclenchement de la première guerre mondiale. L’exposition est annulée et d’hôtel le lycée devient caserne puis hôpital !

1914 - 1915 : le lycée du Parc sert de caserne

Jusqu’à 3500 hommes seront logés.

Neuf classes seulement sont ouvertes : 5 classes préparatoires aux écoles du gouvernement et 4 classes primaires.

Rentrée 1915 : 3 sections de seconde sont ouvertes dans le même contexte.

1916 - 1918 : Le lycée est converti en Hôpital.

Rentrée 1916 : 3 sections de première sont ouvertes. L’internat et la demi pension commencent à fonctionner.

La rentrée d’octobre 1919 sera la première normale.

733 élèves dont 205 en classes préparatoires sont accueillis.

1919 - 1939 une croissance rapide.

Pour un lycée conçu pour 1000 élèves, l’effectif des élèves sera de 1720 en 1938.

1939 - 1945 : Le lycée du Parc de nouveau occupé par les militaires

9 octobre 1939 : Les classes enfantines et les classes préparatoires aux Grandes Écoles sont déportées hors de Lyon (Alès, Clermont Ferrand, Aurillac et Nantes). Le lycée n’admet plus que des externes.

15 avril 1940 : 450 recrues de l’armée française occupent le lycée. Après leur départ 600 officiers et sous officiers de l’armée allemande logent au Lycée. L’occupation allemande dure jusqu’au 31 Août 1944.

A la rentrée d’octobre 1940 l’armistice a été signé, les élèves de Classes Préparatoires réintègrent l’établissement. Leur effectif passe de 400 en 1938 à 548 en 1940 !

De 1940 à 1944 le lycée continue de fonctionner. L’année 1944 s’achève avec 856 élèves.

L’occupation allemande dure jusqu’au 31 Août 1944. A leur départ un véritable pillage est découvert.

Le 9 septembre 1944 une troisième occupation a lieu par les troupes du général de Lattre de Tassigny : 900 hommes cantonnent au Lycée du Parc.

1945 à 1971 : Le lycée perd ses classes primaires et son premier cycle.

1962 : Les classes élémentaires quittent le lycée.

1966 : Construction d’un bâtiment le long de la voie ferrée.

1971 : Les classes de premier cycle quittent le lycée.

1974 : Construction d’un complexe sportif avec piscine.

1975 : Construction d’un self-service.

1990 à 2005 : La restructuration et la rénovation du lycée.

1990 à 1992 : Les résidences sont en partie rénovées.

1990 à 1998 : Les bâtiments de sciences physiques puis de biologie, sont complètement rénovés. Les combles sont aménagés en salles de travail ou en salles de colles. L’amphithéâtre est rénové.

Les salles de Sciences de l’Ingénieur sont aménagées en lieu et place d’appartements de fonction qui sont transférés dans le bâtiment « infirmerie » lui même refait à neuf.

Le CDI est complètement restructuré ainsi que la salle des professeurs et les locaux vie scolaire . Un équipement informatique est installé dans les nouveaux espaces. Une salle multimédia est ouverte ;

Une salle informatique permettant l’accès à Internet en libre service est ouverte aux élèves.

2000 à 2005 : Un programme adopté par la Région Rhône Alpes prévoit la rénovation de l’ensemble du lycée dans les 5 ans, avec la construction d’une maison du lycéen.

2009 à 2013 : Rénovation presque totale des internats ainsi que bon nombre de salles de classe.

2014  : Le lycée du Parc a célébré son Centenaire à travers différentes manifestations.

2015  : Par délibération du mardi 16 juin 2015, le conseil d’administration de la Fondation pour l’Université de Lyon a accepté d’accueillir en son sein la Fondation Lycée du Parc. La fondation Lycée du Parc devient donc une fondation sous égide de la Fondation pour l’Université de Lyon. À travers cette fondation, le lycée du Parc a pour ambition d’encourager et de favoriser la scolarité de ses élèves autour des valeurs d’excellence, de tradition et d’humanisme.

Le lycée du Parc sur TLM, en 2009


La chaîne de télévision TLM a diffusé en janvier 2009, dans le cadre de son émission "Vie de quartiers", une séquence sur les établissements lyonnais de renom. Voici l’extrait sur le Lycée du Parc.
Nous remercions TLM pour l’autorisation de mettre cette vidéo en ligne.

 

Musée virtuel des instruments anciens du laboratoire de Physique


La collection des instruments anciens du lycée du Parc est en cours d’inventaire depuis 2008. Ces instruments qui dormaient dans les placards du cabinet de physique sont peu à peu redécouverts et restaurés en vue d’une exposition permanente dans le hall d’entrée du lycée.
Un échantillon de cet inventaire commence à être visible sur le site de l’[ASEISTE->http://www.aseiste.org/] (Association de Sauvegarde et d’Etude des Instruments Scientifiques et Techniques de l’Enseignement) et sera complétée progressivement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


impression
pdf