Lycée du Parc

Accueil > PRÉPAS


PRÉPAS

filieres
lectures
demarches
internat
resultats



Les Classes Préparatoires aux Grandes Écoles


Le plus grand lycée de prépa de province

Trente divisions font du lycée du Parc un des plus grands établissements de France. La palette très complète des formations proposées, permet à des élèves très différents tant dans leurs origines scolaires que dans leurs aspirations intellectuelles de se côtoyer. Il en est de même des équipes enseignantes qui peuvent ainsi à tout instant s’enrichir de contacts stimulants et d’une grande ouverture d’esprit.

Les CPGE constituent ainsi un remarquable creuset d’intelligence d’où s’écoule tout naturellement l’excellence de la formation. Les élèves ambitieux et capables y trouvent bien sûr leur place mais aussi ceux qui ont besoin d’être encouragés et d’être convaincus de leurs capacités.

Notre première ambition est de faire en sorte que chaque élève développe son potentiel de manière optimale et trouve le débouché qui lui assurera le succès dans sa formation supérieure future.

Notre deuxième ambition est de placer l’élève dans un contexte d’épanouissement personnel qui lui permettra non seulement d’acquérir des connaissances solides mais aussi d’affirmer sa personnalité et d’assurer son autonomie.

Les idées reçues

Certains préjugés sont particulièrement tenaces et contrairement à ce que certains croient :

- En pratique, au Lycée du Parc, la sélection ne s’exerce que lors de l’admission en CPGE.

En effet, il est extrêmement rare de ne pas autoriser un élève à passer en 2e année : 2 refus de passage seulement en MPSI/PCSI pour 264 élèves en 2012 ! La préparation s’effectue dans le cadre d’un contrat moral auquel souscrivent les élèves qui acceptent de plein gré les exigences proposées. Quelques élèves quittent l’établissement dans les premiers mois de cours, se rendant compte qu’il aspirent à d’autres formes d’enseignement (voir les chiffres). En effet, tous n’apprécient pas un dispositif où l’on demeure dans un « groupe classe » et où l’on travaille à un rythme intense et encadré de début septembre à fin juin. Ceux et celles qui abandonnent le système ne sont d’ailleurs pas les étudiants qui n’auraient pas les aptitudes nécessaires mais ceux et celles qui n’en avaient pas mesuré au préalable les exigences et la spécificité. La réussite en « prépa » dépend donc de la motivation et de l’adhésion à une ambiance particulière de vie et de travail, en permanence au contact de professeurs de haut niveau dont l’objectif est de permettre à chacun de donner le meilleur de lui même.

- Les CPGE constituent une voie de succès extrêmement sûre.

Il est rarissime de ne pas obtenir une intégration après une troisième année. La plupart des élèves obtiennent une admission dès la deuxième année. Les redoublements sont généralement non obligatoires mais volontaires, dans le but d’obtenir une admission dans une école plus « cotée ».

Une particularité doit être cependant mentionnée :

 les préparations littéraires, à l’exception de la filière B/L, n’ont de fait que des débouchés très limités par voie de concours vers les ENS. En revanche, les « Hypokhâgnes et Khâgnes » assurent toujours une reconversion à l’université dans d’excellentes conditions et fournissent des contingents d’élèves qui se présenteront tant au CAPES qu’à l’Agrégation avec un maximum de chances de réussite. Depuis 2011, une Banque d’Épreuves Littéraires (BEL) permet cependant une ouverture vers de nouveaux parcours à partir de la 2e année (Instituts d’Études Politiques, Écoles de commerce et de management, écoles de journalisme et d’interprètes...).

- Les CPGE et les grandes écoles ne constituent pas un milieu fermé et sclérosé.

Elles ont considérablement évolué au cours des dix dernières années et ont fait la preuve de leur dynamisme et de leur vitalité en s’ouvrant aux nouvelles technologies d’information (internet, informatique) et pédagogiques, par exemple les TIPE, précurseurs des TPE . Les CPGE ont fait l’objet d’une réforme de fond depuis 1995 : passage en 2 ans de la préparation aux écoles de commerce et de gestion, mise en œuvre d’un enseignement de Sciences de l’Ingénieur (SI) dans les filières scientifiques etc.

Les CPGE se sont de tout temps distinguées par des méthodes d’enseignement en petit groupes particulièrement efficaces comme les interrogations orales régulières appelées « Colles ou Khôlles », le contrôle continu etc.

On est bien loin d’une image stéréotypée dont certains se font l’écho !


Le site des Associations de Professeurs de Classes Préparatoires aux Grandes Écoles


Particulièrement bien documenté, ce site vous fournira de nombreux renseignements généraux sur le dispositif ainsi que des liens vers les sites des associations créées dans diverses filières. « Ce site est destiné aux élèves des classes préparatoires anciens ou futurs, aux enseignants de ces classes, et à tous les visiteurs curieux qui voudront bien y jeter un oeil ... »


impression
pdf