Lycée du Parc

Accueil > VIE CULTURELLE > Musique - Théâtre > Le Cabaret Lagarce au lycée du Parc


Le Cabaret Lagarce au lycée du Parc

Malgré la situation sanitaire, où il fut impossible d’aller dans une salle de spectacle en mai 2021, le théâtre et les comédiens ont pu venir à nous ! Ce fut le cas le vendredi 28 mai 2021 pour trois classes de 1° ; les 601, 603 et 605 autour d’un spectacle Cabaret Lagarce avec une mise en scène de Philippe Mangenot portant sur l’auteur et l’œuvre de Jean-Luc Largarce, dont nous avons étudié l’œuvre au programme de l’EAF Juste la fin du monde.

Ce spectacle a été un éclairage et une source de réflexion très utiles pour nos élèves, tant pour l’oral que la dissertation sur œuvre, d’autant plus qu’au-delà de la représentation au lycée, le metteur en scène Philippe Mangenot viendra est venu en amont dans les classes et qu’après le spectacle , les élèves ont pu réagir en posant des questions.

Mise en scène : Philippe Mangenot
D’après Jean-Luc Lagarce
Jeu et conception de l’itinéraire : Rafaèle Huou et Philippe Mangenot
Lumière : Mireille Dutrievoz
Régisseur général : Eric Dutrievoz
Régisseurs : Samuel Bovet et Jules Guittier
Production : Théâtres de l’Entre-Deux
Avec le soutien de la Ville de Lyon, de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et de l’Espace Saint Marc

BILAN DE LA VENUE DE PHILIPPE MANGENOT ET DU SPECTACLE CABARET LAGARCE

I. Interventions en amont en classe

En prévision de la représentation du 28 mai Cabaret Lagarce en salle 928 , Philippe Mangenot acteur et metteur en scène est intervenu dans nos classes de 601 603 605 les lundi et mardi 10 et 11 mai.

Le lundi 10 mai de 11h à 12h en salle 624 pour les élèves de 605
Le mardi 11 mai de 10h à 11h en salle 821 pour les élèves de 601
Le mardi 11 mai de 11h à 12h en salle 821 pour les élèves de 603

Philippe Mangenot nous a présenté son spectacle comme une promenade dans la vie et œuvre de Jean-Luc Lagarce ou même comme une pièce paysage qui emmène en voyage dans l’œuvre et la vie de ce grand dramaturge de la fin du 20e.

Il a souvent rapproché Lagarce et Tchekhov qui tous deux ont fait l’objet de représentations de la part de Philippe Mangenot, mais surtout présentent des similitudes dans l’évolution de leur vie et de leur carrière théâtrale : tous deux ont été touchés par la maladie et ont tenu à mener leur travail jusqu’au bout et ces dramaturges ont à quelque part révolutionné la vision et la pratique du théâtre pour en quelque sorte sortir de la ficton pour faire surgir la réalité.

Cette promenade dans le spectacle Cabaret Lagarce se fait de façon relativement linéaire ou chronologique partant du début, de la naissance pour aboutir à la fin, la mort ce que Philippe Mangenot nomme le théâtre de la vie ou la vie de théâtre avec cette attente perpétuelle et bien entendu une mise en abyme de la troupe avec la tournée le music-hall, le cabaret.

Dans chacun des ateliers, le metteur en scène a proposé une lecture à trois voix du dernier monologue d’Antoine face à Louis, extrait de la pièce Juste la fin du monde (1990). À l’instar de Tchekhov qui disait : Je veux montrer les hommes tels qu’ils sont , le travail proposé aux élèves a consister en un travail de diction du phrasé, de la ponctuation, des intonations... pour bien mettre en évidence la transmission des émotions. Philippe cite aussi André Marchovich, à savoir les fantômes, on les questionne , pour inciter les élèves à bien exprimer la réplique à l’égard de Louis et même faire entendre les silences.

Les élèves se sont même projetés dans la mise en scène à venir avec un jeu de diction en face à face avec la photo de Jean-Luc Lagarce qu’un de leurs camarades tenait dans la salle.

Ces ateliers ont permis aux élèves d’être en contact direct avec un texte qu’ils connaissaient bien pour l’avoir étudié, mais surtout ont affiné leur travail d’ expressions du texte et de mise en scène des propos. Avec cette expérience de l’atelier, les élèves sont passés du texte sur le papier ou, dans le meilleur des cas, du texte lu en classe avec une certaine expressivité à véritablement une mise en voix et en scène du texte, avec toute la représentation qu’elle propose.

Les élèves n’avaient plus qu’à vivre leur expérience de spectateur le 28 mai en profitant pleinement de l’échange théâtral.

II. Spectacles le vendredi 28 mai 2021 à 14h et 16h au Lycée du parc en salle 928

Durée du spectacle : 1 h 10 environ + débat

Séance de 14h : classe 603 et 605 …total de 32 + 15 élèves
Séance de 16h : classe 601 et 605 … total de 34 + 15 élèves

Le vendredi 28 mai ont a eu lieu deux représentations du spectacle Cabaret Lagarce , à 14h et à 16h.

Il convient de préciser que deux jours avant cette représentation, le technicien lumière avait contracté le covid et qu’il a fallu au metteur en scène trouver une solution, pour que la représentation puisse se faire. Par chance, un technicien lumière en formation a pu proposer ses services ; on ne peut que remercier le metteur en scène et ce technicien lumière qui a remplacé de façon impromptue, mais efficace son collègue.

Les élèves ont donc eu droit à une véritable représentation théâtrale avec décors, sons et lumières… un vrai petit plaisir en cette fin d’année où nous avons été frustrés de sorties au théâtre.

Suite à la représentation, un débat s’est instauré tout naturellement entre les élèves et les deux comédiens à savoir Philippe Mangenot et Rafaèle Huou.

Les remarques des élèves ont été riches et pertinentes notamment la question relative à la présence de l’Odyssée comme fil conducteur de la représentation, en référence au voyage et au parcours initiatique, des remarques aussi par rapport aux différents portraits de Lagarce enfant ou adulte, d’ Olga Knipper, compagne de Tchekov, de son amant photographe, des questions aussi par rapport aux chansons, à la musicalité très présente dans le spectacle comme Le tourbillon de la vie extrait du film Jules et Jim ou Les gens qui doutent d’Anne Sylvestre, Joséphine Backer, Je suis le roi de mes douleurs de Colette Magny , Où sont tous mes amants de Katherine Frehel (1930) autant d’échos à Jean-Luc Lagarce , par rapport à sa sensibilité, avec peu de référence dans ce spectacle à la mort mais plutôt à la vie.

Même si ce spectacle n’était pas consacré qu’au texte à l’étude de l’EAF, Juste la fin du monde, il en jouait des passages comme le monologue de Suzanne, la dernière scène d’Antoine et l’épilogue autrement dit des temps forts de la pièce.


impression
pdf